Un major de promo à l’Alu

Si la crise sanitaire Covid-19 ne lui a pas permis de passer ses examens comme il l’aurait souhaité, David HILZ vient de décrocher son BTS Enveloppe du Bâtiment au CFA de Saint-Herblain. Retour sur le parcours atypique de ce major de promo qui poursuit l’aventure SOFRADI en CDI à compter du 3 septembre prochain.

Rien ne prédestinait David au secteur de l’aluminium. Après un BAC S en 2012 puis une prépa en école d’informatique – qu’il quitte car « ça n’est finalement pas si ludique que ça » – David choisit de s’orienter vers le métier de traducteur et obtient sa licence d’anglais en 2016. S’apercevant très vite que ce choix ne lui assure pas d’avenir, le jeune diplômé cherche du travail et accepte des petits boulots de manutentionnaire. « Je me cherchais en fait », explique-t-il simplement. Lors de portes ouvertes au lycée de la Joliverie, le Directeur des formations professionnelles lui conseille « l’alu, un secteur porteur ».

Et c’est ainsi que David passe de la faculté d’anglais au CAP menuisier alu/verre complété par un BAC PRO au lycée André Boulloche à Saint-Nazaire qu’il obtient en 2018. « C’est du travail, il y a de l’embauche. C’est ce que je voulais. J’ai aimé remonter le fil, comprendre ce qui se cache derrière la menuiserie alu. Je me suis rendu compte que le travail manuel demandait aussi beaucoup de réflexion. Pourquoi on assemble de telle manière ? Quelle est la technique derrière ? La raison d’une façon de faire ? Un ordre de fabrication ne sort pas de nulle part. Il y a des notions de résistance du profilé, de dimensionnement statique, … Être passé par l’atelier m’aide dans mon travail et donne plus de sens à ce que je fais en bureau des méthodes. Nous sommes en contact permanent avec les opérateurs. Ce sont souvent eux qui nous expliquent ».

Entré en juillet 2018 chez SOFRADI pour un contrat d’alternance de deux ans, David a pris goût à sa nouvelle vie. « J’aime le monde de la production ». Période de confinement aidant, il a fait son choix entre poursuivre en école d’ingénieurs ou entrer dans la vie active. « Le contexte n’est pas favorable mais aussi, j’aime la vie que je mène maintenant. Le cadre de travail est très plaisant. Tout le monde se tutoie, il y a une grande proximité entre les cadres et les personnels de production. Je n’avais jamais connu ça. Cette ambiance a beaucoup participé à ce choix de poursuivre en CDI. Les conditions de travail aussi. J’étais très étonné à mon arrivée de constater combien la sécurité et la protection de la santé sont importantes ici. On peut l’oublier, mais ça fait toute la différence ».

Alors qu’il va bientôt passer d’apprenti à salarié technicien méthodes, David veut « continuer à bien apprendre » son travail. Ses ambitions chez SOFRADI ? « On verra selon les opportunités. Si je peux être utile, j’en serai heureux ».

« David s’est montré très travailleur dès le début. Passer de l’atelier au bureau, ça change les choses. Il sait de quoi il parle. Il s’est très bien intégré à l’équipe et a toujours eu le souci d’apporter sa pierre à l’édifice. Il cherche, il propose, fait avancer les processus. Il avait les capacités d’aller plus loin mais je suis très content de cette intégration. Il va pouvoir faire des choses grandes ici aussi. ça fait plaisir d’intégrer des apprentis. En France, il n’y a pas assez d’apprentis alors que c’est gagnant pour tous ».
Kévin Delaplace, technicien méthodes

Kévin aura été un tuteur avisé pour David, après avoir fait le même Bac Pro avec le même formateur au lycée de Saint-Nazaire. C’est d’ailleurs ce dernier qui a mis en relation Kévin et David lors de portes ouvertes. Une recommandation des plus fructueuses.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Vous aimerez également

Isolation Industrielle

SOFRADI s’installe à Montoir de Bretagne

La crise COVID aura aussi offert à SOFRADI de belles opportunités. Face à une activité en baisse, Anthony, conducteur de travaux pour l’Isolation Industrielle, a